Ha le diaphragme! Un terme, un nom qui ressort facilement lors de nos rencontres et pour cause, qu’est ce qu’il est important ! Je voulais vous le présenter plus en détail afin de vous éclairer sur son importance tant au niveau anatomique, physiologique que sur l’ émotionnel.

Le diaphragme, c’est une vaste cloison musculo-aponévrotique qui divise complètement la cavité thoracique de la cavité abdominale. Ce tissu forme un dôme convexe du côté du thorax.

Du côté concave, côté abdominale, on retrouve de nombreux organes (estomac, foie, rate, pancréas, reins) contactant en totalité ou partiellement le diaphragme. Par exemple, le foie occupe plus de la moitié de cette face à droite et à gauche on retrouve l’estomac et la rate. Il est en lien également par le fascia transversalis avec le péritoine.

Du côté convexe, les plèvres tapissent presque entièrement ce muscle, par ces dernières, la base des poumons se moule sur cette face et le médiastin possède une solide insertion sur ce côté là également.

Différents orifices traversent le diaphragme, permettant le passage à différents conduits dont l’aorte, l’œsophage, la veine cave, le canal thoracique.

Son rôle: il est le muscle le plus efficace des muscles inspirateurs. Sa contraction, en créant une dépression dans la cavité thoracique, permet l’entrée d’air dans les voies respiratoires. Son relâchement permet à l’inverse l’expiration passive. En état de bonne santé, le diaphragme agit donc comme un soufflet, s’aplatit lors de l’inspiration, se creuse à l’expiration. Sa contraction est involontaire, rythmique, normalement inconsciente supervisée par les réflexes respiratoires.

Le diaphragme est un lieu d’émotion. D’importants traumatismes peuvent y rester maintenus et perturber le mécanisme respiratoire. Par exemple en cas de peur, de chocs, de stress, on maintient notre respiration, bloquant le diaphragme. Il réagit et est lié au stress qui habite l’animal, laissant place à une respiration superficielle, de faible amplitude.

En résumé, ce large muscle est composé d’une partie lombaire, d’une partie costale ( et vertébrale) et d’une partie sternale. Je ne sais pas si vous pouvez vous le visualiser chez votre animal, mais sa grandeur est aussi importante que son rôle au niveau de l’équilibre du corps. En cas de problème digestif, celui peut être tendu de par son contact avec les organes. En cas de stress, de peur, de chocs traumatiques (un animal ayant un passif) il peut avoir une mobilité réduite, une tension continue qui peut venir réduire le mouvement des côtes, du sternum, des lombaires… Provoquant des tensions accumulées, des compensations, peuvent installer des gênes dans la locomotion de votre animal. A l’inverse, par exemple, une contraction d’un pectoral, d’une épaule, peut entrainer le sternum en dysfonction, tension qui se répercutera sur le diaphragme, rendant la respiration plus courte, tendue… Ce sont des exemples de schémas lésionnels pouvant perturber le bon équilibre du corps, et au vue de sa localisation, il est essentiel d’avoir un diaphragme, souple, libre, équilibré.

Voilà un petit texte expliquant l’importance du diaphragme pour un bonne harmonie du corps. J’espère qu’il vous aura un peu éclairer sur son rôle.

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *